Lundi                                                                                           

C'est cool : pas de Xeloda cette semaine.
Par contre, cette nuit beaucoup de brûlures au fond de la gorge.

Il fait beau, j'ai pu me préparer des aspics avant ma sieste du matin.

Je me dis que chaque jour est une victoire sur la maladie. Et je gagne chaque jour une bataille de plus.
Vais-je gagner la guerre ? L'ennemi est sournois. Il se cache, se déguise, se transforme ...  Mais le Xeloda est une arme chimique qui devrait l'asphyxier.

Paradoxalement mes pieds sont plus rouges pendant la semaine de pause. Mais c'est logique car c'est à ce moment-là que mon corps est le plus chargé en Xeloda.

Mes articulations font du bruit comme s'il y avait des grains de sable.

Petite marche en fin d'après-midi pour ne pas souffrir du soleil.


Mardi 

Des petits boutons rouges apparaissent derrière mes avant-bras.

 

Mercredi 

J'ai la flemme d'aller au marché. Je prends mon temps ...
C'est tous les jours doucement le matin et pas trop vite l'après-midi.
Je me reproche d'être aussi flemmarde ou feignante. Mais non, je vis au rythme du Xeloda, je n'y peux rien. 

Mes jambes continuent de maigrir. C'est bizarre pour moi qui ai toujours eu de bonnes cuisses même quand on voyait mes os à l'adolescence.

Et si mon stepper reprenait du service ?
Je vais au tai chi. Je ne finis pas le dernier exercice mais c'est déjà bien ...

 

Jeudi

Toujours ces bruits de tuyaux et des diarrhées le matin.

Je vais au tai chi. 

 

Vendredi 

Resto gastronomique : il faut bien vivre avant qu'il ne soit trop tard.

Le soir je ne mange que 2 tranches d'ananas 

Mon ventre est lourd, lourd, lourd mais c’est normal.

Impossible de dormir avant 2h du matin.

D'autant plus que j'ai des courbatures du tai chi. 

 

Samedi 

Bruits de tuyaux et déstockage ... Normal ...